Profitez de la livraison gratuite à partir de 80€ d'achats sur notre boutique !

Château de Figuières

À seulement quelques kilomètres du centre-ville narbonnais, le Château de Figuières s’est attaché depuis plusieurs années à tout faire pour élaborer les vins les plus qualitatifs possibles. La clef ? Vivre en symbiose avec le terroir pour savoir, quand et comment récolter puis transformer le raisin à la perfection…

Audrey Pujo Château de Figuières

Le domaine de

Château de Figuières

Château de Figuières

C’est un « heureux hasard » qui a mené Audrey Pujo à atterrir dans le monde du vin. « J’ai fait des études dans le commerce international, et j’ai passé quelques années dans le marketing automobile avant de tout plaquer pour partir en Nouvelle-Zélande. »

En Océanie, elle découvre la vigne car elle est embauchée comme ouvrière viticole, pour faire les vendanges, tailler… « dans le seul but de se faire de l’argent » au départ. Mais après quelque temps, et une première expérience dans une cave à vin en Australie où elle découvre tout le processus de vinification, Audrey prend conscience que c’est dans ce milieu qu’elle veut évoluer jusqu’à la fin de sa vie. 

De retour en France, elle se voit confier les rênes du Château de Figuières. « C’est un endroit qui avait un peu été délaissé dans le passé. Quand j’y suis arrivé en 2016, avec les équipes on a eu à coeur de remettre le plus de qualité possible à Figuières. »

Au quotidien, Audrey Pujo touche à tout ce qui se rapproche de près ou de loin à la viticulture. « Je travaille avec des oenologues pour l’élaboration des vins. Mais je suis aussi sur le marketing, la logistique, l’assemblage… C’est vraiment ce côté touche à tout, et être là de A à Z dans le processus de création du vin, que j’aime le plus. »

S’il y avait déjà une âme écologiste à Figuières, Audrey Pujo a aussi voulu développer cet engagement.

« Nous sommes situés au coeur de la Clape, donc le but c’est de limiter le plus possible notre impact sur la nature. C'est vraiment important pour nous de travailler au coeur de l’environnement en le respectant, c’est pour cela qu’on fait pas mal d’enherbement, on privilégie aussi la biodiversité en ayant pas mal de haies et de parcelles non cultivées. » 


La responsable du château de Figuières est également fière de la terre qu’elle cultive et il est important pour elle de faire comprendre que « les vins du Languedoc n’ont rien à envier à ceux de la Bourgogne et de Bordeaux ». Une chose qu’elle aura à coeur de continuer à prouver au quotidien.

Galerie
43
45
48
46